Union nationale
des producteurs de granulats
RECHERCHER
Bookmark and Share

Les granulats recyclés





Le développement de la production de granulats recyclés est une priorité pour la profession.

Voici un portrait économique de cette activité et les conditions à remplir pour assurer son développement.        











A lire dans cette page :
Chiffres clés de la production de granulats recyclés
6 % de recyclage ou 20 % ?!
La France en tête du classement européen
Des taux de recyclage déjà élevés
Le recyclage sur chantier routier prépondérant
Les avantages du recyclage
Un engagement des industriels à doubler le recyclage des granulats
Les conditions du développement du recyclage



Chiffres clés de la production de granulats recyclés

En millions de tonnes (données relatives à 2009)

Production totale de granulats recyclés* (selon les modes de calcul en vigueur actuellement en France – voir ci-dessous) : 21 millions de tonnes
dont :
15 millions de tonnes de granulats recyclés issus de matériaux de démolition
et 6 millions de tonnes de granulats artificiels
c’est-à-dire :
2 provenant de laitiers de sidérurgie
2 provenant de schistes houillers
2 provenant de mâchefers d’incinération d’ordures ménagères

150 entreprises
350 plates-formes de recyclage

* Ces données statistiques sont issues de l’enquête statistiques réalisée par l’UNICEM sur délégation du ministère de l’Industrie.


6 % de recyclage ou 20 % ?!

Sur les 376 millions de tonnes de granulats produits en France en 2009, les granulats recyclés représentent 21 millions de tonnes, soit 6 % du total. Cette proportion peut paraître faible. Mais ce chiffre ne prend pas en compte la totalité de la consommation des matériaux recyclés et valorisés.

Ce chiffre de 21 millions de tonnes correspond en effet seulement à la quantité de granulats retraités par les plates-formes de recyclage des producteurs de granulats.

Si l’on y ajoute les matériaux recyclés directement sur les chantiers ou ceux qui vont d’un chantier de démolition à un chantier de travaux publics, la proportion de matériaux valorisés n’est plus de 6 %, mais de 10, 15 ou même 20 % selon les régions.


La France en tête du classement européen

En fonction des flux pris en compte, la France se situe donc en queue ou en tête du classement européen en termes de recyclage.

L’hétérogénéité des sources statistiques rend les comparaisons délicates. Ainsi, en Grande-Bretagne, les terres utilisées dans les remblais d’ouvrages sont considérées comme du recyclage alors qu’elles sont classées en France comme « sols ».



Des taux de recyclage déjà élevés


Le taux de réutilisation et recyclage des enrobés et produits à base de bitume ne contenant pas de goudron atteint aujourd’hui : 78 %.
Celui des autres matériaux de démolition des chaussées (sous-couches) : 74 %
Celui du béton 78 %.

Ces données proviennent du service de l’observation et des statistiques du Commissariat général au développement durable (publication d’octobre 2010).


Le recyclage sur chantier routier prépondérant

Aujourd’hui, les granulats recyclés – hors granulats artificiels – proviennent à 90 % du décapage des routes, les 10 % restants étant tirés de la déconstruction d’ouvrages en béton.

A 99 %, les granulats recyclés – ainsi que ceux issus des laitiers, schistes et mâchefers – sont réutilisés dans la construction de routes.

À Paris et dans la petite couronne, 90 % des sous-couches routières des voiries sont réalisées en matériaux de recyclage. La proportion est également élevée dans le Nord et en Rhône-Alpes, des zones fortement urbanisées qui se caractérisent par une quantité importante de produits de démolition, un coût dissuasif de mise en décharge et par la cherté des matériaux naturels.

En revanche, l’utilisation des granulats recyclés dans le béton prêt à l’emploi est encore confidentielle en France, contrairement à ce qui se pratique au Danemark, aux Pays-Bas ou en Grande-Bretagne.


Les avantages du recyclage

Le recyclage des granulats sur les chantiers routiers et la réutilisation des matériaux sur place dans les chantiers de démolition de bâtiments permet :
• une économie de la ressource naturelle, 
• une réduction du transport des matériaux, donc une réduction de la 
  consommation d’énergie et des émissions de gaz à effet de serre
• une mise en œuvre rapide minimisant la gêne pour les habitants,
• la réduction des quantités de matériaux mis en décharge

Dans les régions telles que l’Île-de-France ou l’Aquitaine qui connaissent un déficit en granulats, l’allongement constaté des distances de transport pèse sur le coût des matériaux et augmente l’impact sur l’environnement.

Dans un écobilan comparatif, l’avantage revient évidemment aux granulats recyclés traités en milieu semi-urbain proche du gisement et des clients. Leur utilisation évite en effet d’une part un transport de matériaux de démolition vers les décharges et d’autre part un transport d’approvisionnement du chantier en granulats depuis une carrière.
La diminution importante de ces transports représente des gains importants en émissions de CO2.


Un engagement des industriels à doubler le recyclage des granulats

L’UNPG s’est engagée en 2009 auprès du ministère en charge du Développement durable sur un objectif de 50 millions de tonnes de granulats recyclés d’ici à cinq ans, soit un doublement de la production actuelle.


Les conditions du développement du recyclage

La condition indispensable au bon fonctionnement du circuit déconstruction-recyclage tient dans la proximité entre les plates-formes de traitement et les lieux de consommation. Outre l’avantage environnemental, la proximité est également une condition indispensable de la compétitivité des granulats recyclés.

Il faut donc pouvoir installer de nouveaux centres de recyclage dans les zones urbaines. Or, de tels projets se heurtent fréquemment à l’opposition des riverains. Le problème de l’acceptabilité est l’obstacle numéro un au développement actuel du recyclage.

 
Autre condition à remplir : il faut déconstruire davantage, c’est-à-dire ne pas se contenter de démolir des bâtiments, mais trier sur place avec soin les différents matériaux.

Dans le cas contraire, le coût de production des granulats recyclés s’élevant, ces matériaux ne peuvent être compétitifs par rapport aux matériaux naturels.



Ensuite, il faut convaincre les maîtres d’ouvrage de donner la préférence aux granulats recyclés, ce qui suppose au préalable d’ouvrir les appels d’offre à ces produits. C’est donc là une évolution des mentalités dont il s’agit.

Pour développer l’incorporation de granulats recyclés dans la fabrication des bétons, reste à démontrer scientifiquement que ces matériaux ont les qualités techniques requises. Des études sont menées actuellement en ce sens.

Le développement de l’activité de recyclage suppose aussi une meilleure connaissance statistique du marché. Dans ce but, des observatoires régionaux doivent être mis en place. Des discussions sont d’ailleurs en cours à ce propos au sein du Conseil national des déchets.

       
Description de la production de granulats recyclés
Lisez sur ce site le dossier "granulats recyclés" pour connaître les différents types de matérieux recyclés et les usages de ces produits.
> En savoir plus...
Les granulats recyclés en Rhône-Alpes
Un point complet sur la filière du recyclage des matériaux en Rhône-Alpes à découvrir dans le numéro spécial d’avril 2011 de la newsletter de l’UNICEM Rhône-Alpes.
> En savoir plus...
En cliquant sur ce lien, vous ouvrez une nouvelle fenêtre et accédez à un autre site

Mot de passe perdu ?

Pour activer le processus de récupération de votre mot de passe, identifiez-vous en entrant

votre adresse email :

Vous recevrez par mail à cette adresse votre mot de passe dans quelques minutes.

* si vous souhaitez saisir plusieurs adresses, séparez les avec une virgule.